Les logiciels libres : un moyen de passer de la société de la consommation à la société de la contribution

Les GAFAM sont en train de modeler un projet de société à l’échelle de la planète, et sans vouloir leur prêter forcément les pires intentions, il convient d’être éveillé et conscients des modèles qu’elles déploient : uberisation, transhumanisme, solutionnisme technologique, intelligence artificielle pour remplacer des emplois, dépendance à quelques acteurs, bulles de filtres, exploitation des données personnelles, surveillance généralisée... Entretien avec Pierre-Yves Gosset par Vincent Tardieu / Colibris - (...)

Articles les plus récents

  • Addictions en série

    , par Framalang, Framasoft

    Une enquête réalisée par un consortium de neuf journalistes européens met à jour les risques qui dérivent de la dépendance des gouvernements à Microsoft — aucun n’est indemne…

    Même si çà et là des efforts sont notés pour migrer vers des solutions open source voire libres, l’adversaire est impitoyable et utilise un arsenal bien rodé.

    Combien faudra-t-il encore de telles enquêtes pour provoquer une prise de conscience et pour que les décisions nécessaires soient prises et mises en œuvre ?

  • Citoyen hackeur : Enjeux politiques des civic tech

    Pour accroître la participation citoyenne et la réactivité politique, de nouvelles civic tech revendiquent aujourd’hui de « hacker » la démocratie. Au delà de la séduction qu’elles peuvent exercer, ces technologies peuvent-elles transformer la politique en profondeur ? Quel projet portent-elles ?
    Le (...)

Présentation

, par  Plateforme e-change

Pour comprendre les défis du numérique et avoir des informations sur l’utilisation d’Internet, Ritimo a lancé la Plateforme e-change.

Il est nécessaire qu’Internet soit un véritable outil de partage des connaissances et que les technologies engendrent plus de libertés et de capacités que de dépendances.

L’objectif de la Plate-forme est, par conséquent, d’accompagner les acteurs associatifs à appréhender l’influence de leurs choix techniques sur le projet de l’association et, plus largement, sur les mobilisations citoyennes.

La deuxième proposition de la Plate-forme e-change est la création d’une alliance entre les spécialistes d’Internet (développeurs, promoteurs du logiciel libre, acteurs de l’information en ligne, « hacktivistes ») et le milieu associatif.

Annonces